En cours de chargement...
La robe de mariée de vos rêves, sur mesure, à Paris ! 2017-06-26T18:01:45+00:00
photo by Samantha Pastoor

Fermez les yeux et imaginez-vous dans la robe de mariée de vos rêves : elle est unique et réalisée sur-mesure pour vous, avec passion par Christophe-Alexandre DOCQUIN. Les soies délicates, les dentelles raffinées et les broderies subtiles s’associent au savoir-faire de toute l’équipe dans notre atelier à Paris. Pour s’adapter parfaitement à votre personnalité et sublimer votre silhouette, chaque détail peut être personnalisé dans l’esprit de la collection.

Pour vous donner à voir des facettes étonnantes et inédites de sa personnalité, qui mieux qu’une amie pouvait questionner Christophe-Alexandre Docquin ? Le temps d’une interview-vérité, le créateur s’est confié…

 

  • Quel âge a la maison « Christophe-Alexandre Docquin » ?

8 ans sur le papier, mais en novembre 2016 j’ai fêté mes 25 ans de robe de mariée! Ma première robe de mariée c’était pour une jeune femme qui se mariait sur l’Île de Ré. J’avais à peine 18 ans, et des clientes avant même d’aller à l’école de couture, dès 13-14 ans.

  • Quand avez-vous su que vous seriez couturier ?

Quand j’avais 5 ans. Mon premier essai de couture était pour la robe de baptême de ma petite soeur, sans doute parce que ma mère cousait à la maison, dans son atelier. Une pièce dans laquelle j’aimais beaucoup aller. Puis j’ai fait des robes pour les poupées de ma soeur, des déguisements. Après, je suis allé en vacances chez ma tante qui était couturière, j’y ai passé beaucoup de temps. J’ai toujours voulu faire ça. C’est une vraie vocation, à l’instar des vocations monastiques.

  • Vous avez travaillé pour les plus grandes maisons de couture. Quel a été le déclic pour lancer votre marque à vous ?

Un entretien chez Chanel. Je suis rentré chez moi, peu convaincu. Après avoir passé des entretiens chez les plus grands, sans enthousiasme, j’ai senti qu’il fallait que je réfléchisse à autre chose. Et que c’était le moment de faire ça, de me lancer.

  • Avez-vous eu peur du saut dans l’inconnu ou était-ce une évidence ?

J’ai commencé en conservant des collaborations avec des grandes maisons et des créateurs de talent, donc ce n’était pas un saut dans le vide.

  • Pourquoi les robes de mariée ?

Grâce à cette première mariée. J’ai bien aimé faire une robe personnelle, unique, pour une seule personne, pour une seule fois. C’est un vêtement sacré, exceptionnel. J’ai aimé passer 6 mois à rencontrer cette jeune femme, folle de joie à chaque essayage. J’ai trouvé ça tellement joyeux. J’aime voir des gens heureux, participer à leur bonheur et les accompagner là-dedans. Je suis content de sublimer les femmes, de les aider à magnifier leur silhouette. Il y a un côté un peu boy scout. Je suis encore sensible à celles qui disent : oh là là, je ne trouvais vraiment rien qui me convienne, mais là c’est merveilleux ! C’est ma robe.

  • Les moments que vous préférez dans votre travail ?

Quand je vois dans le regard de la future mariée qu’elle a trouvé sa robe, ce soulagement et cette joie partagée, ce regard ému.

Et aussi la première fois que je vois une nouvelle création portée par une future mariée.

  • Le couturier qui vous émeut le plus ?

Claude Montana chez Lanvin dans les années 90. Ca fait partie de ce que j’ai vu de plus beau. Ses robes m’émouvaient d’une manière tout à fait exceptionnelle.

  • Celui dont la technique vous époustoufle ?

Madeleine Vionnet ou Madame Grès. Balenciaga et aujourd’hui Azzedine Alaïa.

  • Les moments/choses que vous détestez dans votre travail ? Ou bien ceux qui vous sont le plus difficile ?

Qu’on me parle de marketing. Le rapport trop froid à la création.

  • Si vous n’étiez pas couturier vous seriez… ?

Chercheur en communication, sur le sens des mots. L’expression de l’émotion à travers le langage.

Ou composer de la musique. Je ne vis pas sans musique.

  • Ce dont vous êtes le plus fier ?

Je suis fier de toutes les robes que je livre. Je suis fier d’être fier de tout. Les clientes connues ou inconnues. Chaque fois que je livre une robe parfaite pour quelqu’un, je suis fier de moi.

  • Qu’est-ce que vous faites le mieux ?

Je sais très bien travailler sur les mesures du corps, révéler la beauté de chaque corps. Sinon, je fais hyper bien le bœuf bourguignon!

  • Quelles sont, parmi vos qualités, celles qui vous servent le plus dans votre travail de couturier / créateur / chef d’entreprise ?

La fidélité à moi-même. Je ne renonce pas. J’ai une haute vision de mon métier. Je ne suis pas là pour vendre des robes, mais pour rendre les femmes belles.

  • Qu’est-ce qui vous donne envie d’aller travailler le matin ?

J’adore mon travail. Je suis heureux de créer mes collections, d’accompagner des jeunes femmes dans le plus beau jour de leur vie, d’avoir un atelier avec lequel j’ai de très belles relations…

  • Pourquoi c’est génial de travailler pour vous ?

Pour les gens qui aiment vraiment leur métier, le sur mesure, je demande à mon équipe de pouvoir être fier de chaque point, de chaque aiguille posée. D’avoir la plus grande précision et de se rapprocher le plus possible de la perfection. Pour les gens qui aiment ça, l’amour du beau et du bien ne sont pas des paroles en l’air chez moi. On travaille dur mais on rigole beaucoup et on mange bien.

  • Christophe-Alexandre DOCQUIN, c’est comment dans 5 ou 10 ans ?

C’est plus grand, avec une diffusion en demi-mesures dans les grandes villes d’Europe et du Monde, mais sans avoir rien renié, sans avoir renoncé à la qualité, en faisant en sorte que mes robes restent moi-même.

DECOUVREZ NOS DIFFERENTS POINTS DE VENTE

La collection est proposée en sur-mesure à la boutique parisienne et en demi-mesures chez nos partenaires. Découvrez leurs coordonnées sur la page CONTACT.

LES DERNIERS ARTICLES DE NOTRE BLOG: